Stéphane Maureau, PDG d’Evasol au cœur des débats autour de la loi NOME

evasol_actualites_blog_stephane_maureau_loi_nome

evasol_actualites_blog_stephane_maureau_loi_nome

Le Club Energie & Développement a organisé le 18 janvier dernier son 8ème colloque avec pour thème « Nome : an 1 ».
Présidé par François-Michel Gonnot, Député de l’Oise, ce colloque était placé sous le haut patronage de Günther H. Oettinger, Commissaire européen à l’énergie, François Fillon, Premier Ministre, Bernard Accoyer, Président de l’Assemblée Nationale, Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement et Eric Besson, Ministre chargé de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique.

Votée en novembre dernier, la loi Nome (Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité) prévoit qu’EDF devra céder jusqu’à 25% de la production de son électricité d’origine nucléaire à ses concurrents. Cependant, elle est loin de faire l’unanimité.

« J’ai voulu, avec ce colloque, donner la parole aux acteurs du secteur électrique afin qu’ils expliquent leur stratégie dans le contexte de la loi sur la Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité. » déclare François-Michel Gonnot, Président du Club Energie & Développement et Député de l’Oise.

Ce colloque était donc articulé autour de 3 tables rondes, notamment sur le thème « Les besoins d’investissements du réseau électrique et gazier et le rôle des ENR ».

La dernière table-ronde faisait le point sur les investissements, la question de l’éolien, … mais également sur les perspectives de développement du photovoltaïque. André Antolini, Président du Syndicat des Energies Renouvelables et vice-président de l’Union Française de l’Electricité, était entouré entre autres de Michèle Bellon, Président du Directoire de ERDF et de Stéphane Maureau, PDG d’Evasol, 1er installateur solaire de France. Ce dernier s’est exprimé sur les avantages de l’énergie solaire à long terme, regrettant notamment les délais entre la pose et le raccordement d’une installation : « … la procédure suivie est un parcours du combattant totalement absurde, entraînant une débauche de coûts inutiles pour ERDF […] Je dispose d’un long inventaire de petites mesures rentables pour tous les acteurs de la chaîne mais l’omniprésence de ce carcan nous empêche de les appliquer ».

François-Michel Gonnot a conclu cette journée : « Cette journée a permis d’effectuer un tour d’horizon complet des problématiques actuelles du secteur de l’énergie sur lequel d’autres rendez-vous se pencheront prochainement « .

Partager cet article