MaPrimeRénov’ : accessible sans condition de ressources en 2021

 

A partir de l’année 2021, tous les ménages pourront profiter de MaPrimeRénov’, la prime à la rénovation énergétique. Pour rappel, ce système d’aide financière remplace le CITE. Il sera ouvert à tous, sans condition de revenus : foyers modestes, très modestes, propriétaires bailleurs et même les groupements de copropriété. Zoom sur les détails.

Les foyers et les travaux éligibles à la prime

MaPrimeRénov’ est la fusion de l’aide Anah (Agence Nationale de l’Habitat) avec le CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique). Cette prime est ouverte à tous les ménages qui souhaitent effectuer des travaux de rénovation énergétique. À cet effet, l’économie française et l’artisanat pourront aussi bénéficier du soutien de l’État. Cette union compense en même temps l’isolation, la ventilation, les travaux de chauffage, ainsi que les audits énergétiques. Mais pas que, elle détermine également les travaux de rénovation les plus importants entrepris pour favoriser la baisse des dépenses d’énergie. Emmanuelle Wargon, le présent ministre du Logement, ministre de la Transition énergétique avant le remaniement dernier, le 24 juillet, dans une entrevue au Figaro, a annoncé qu’en 2021, MaPrimeRénov’ sera accessible à tous les foyers, sans condition de revenus. Et même les copropriétés, les propriétaires bailleurs et les bâtiments publics pourront tirer profit de la prime.

MaPrimeRénov’ : un budget largement croissant

Encore selon Emmanuelle Wargon, l’enveloppe de la prime atteindra l’an prochain les 2 milliards d’euros, soit plus de deux fois supérieures au budget de cette année (800 millions). La loi de finances 2021 devra spécifier ce remaniement budgétaire. C’est grâce à ce renforcement budgétaire que l’État va aider le domaine du bâtiment, profondément impacté par le Covid-19. Le gouvernement espère également plus d’actions dans le domaine de la transition énergétique. Actuellement, il prévoit un plan de relance spécifiant clairement la procédure. L’objectif est de supporter l’emploi et intégrer les problématiques environnementales. Il faut savoir qu’en France, le second domaine le plus transmetteur de polluant est le bâtiment. Le pays compte plus de 7 millions de logements énergivores qui sont classés F et G dans le classement énergétique. Le souci c’est que la plupart des ménages n’ont pas encore la motivation de mener des travaux visant à améliorer leurs rendements énergétiques. Et ce, malgré les efforts entrepris par l’État, notamment, par la mise en place de MaPrimeRénov’, une prime qui, pour rappel, peut-être aussi associée à d’autres dispositifs d’aide pour la rénovation énergétique.

Partager cet article